Solon gardait-il la main dans son manteau ? - Mètis. Anthropologie des mondes grecs et romains Access content directly
Journal Articles Mètis. Anthropologie des mondes grecs anciens Year : 2018

Solon gardait-il la main dans son manteau ?

Abstract

In their pleadings Against Timarchos and On the false embassy, Aeschines and Demosthenes both evoke a statue of Solon erected on the agora of Salamis which would show the legislator with his hand inside his cloak, a gesture indicating his moderation when he spoke in public. The controversy about this representation has already been analysed in order to deepen various questions such as the conflict between the two speakers, our knowledge regarding Solon, the history of the Greek statuary or the reception of the past in Antiquity. The quarrel can be reinterrogated thanks to the heuristic tool of the truth-telling mechanism, used here in the sense of all the procedures, arguments and rhetorical figures that allow litigants to claim the truth. Then, the statue is a privileged means for both Aeschines and Demosthenes to put forward the direct knowledge that the jurors have of the facts. It is a point of tension from which one can examine the articulation between sight and knowledge in Classical Athens.
Dans leurs plaidoiries Contre Timarque et Sur l’ambassade, Eschine et Démosthène évoquent tous deux une statue de Solon, qui montrerait le législateur la main dans le manteau, un geste signalant sa réserve lorsqu’il s’exprimait à la tribune. La controverse autour de cette représentation a déjà été analysée pour approfondir différentes questions comme le conflit entre les deux orateurs, nos connaissances sur Solon, l’histoire de la statuaire grecque ou la réception du passé dans l’Antiquité. La querelle peut être réinterrogée grâce à l’outil heuristique du dispositif de vérité, entendu comme l’ensemble des procédures, arguments et figures rhétoriques qui permettent aux plaignants de se réclamer de la vérité. La statue se révèle alors le moyen pour Eschine comme pour Démosthène de mettre en avant l’argument de la connaissance directe des faits par les juges. Elle constitue un point de tension à partir duquel il est possible d’examiner l’articulation entre vue et savoir dans l’Athènes classique.
No file

Dates and versions

halshs-02113799 , version 1 (29-04-2019)

Identifiers

Cite

Nicolas Siron. Solon gardait-il la main dans son manteau ? : Les enjeux de l'appel à la connaissance des juges dans la controverse entre Eschine et Démosthène. Mètis. Anthropologie des mondes grecs anciens, 2018, N.S.16, ⟨10.4000/books.editionsehess.5676⟩. ⟨halshs-02113799⟩
81 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More