L'invention de la famille grecque - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Access content directly
Journal Articles Pallas. Revue d'études antiques Year : 2017

L'invention de la famille grecque

Abstract

As a heuristic model, the nuclear family corresponds, more or less, to the indigenous Greek category of the oikos, a family unit that may include grandparents, but is primarily centred on the father, mother and children. This kinship structure plays an important role in the organisation of Greek communities, as much as it constitutes the primary unit of economic production; the oikos is the foundation of the notion of oikonomia, at least since the treatise devoted to it by the Athenian Xenophon in the first half of the fourth century. However, this is not the question I am concerned with here. In line with a current of research in historical anthropology that seeks to reintegrate the oikos into the orbit of the polis, it is in its relationship with the city that the study of the family will focus my attention. I shall try to trace the importance that the Greeks gradually gave to the family model in social and political representations. In this sense, far from being a fundamental and immutable structure, inscribed at the root of the Greek city, as Aristotle would have it (Pol. I 1252b), the family also has a history: in the symbolic structure of the polis, the family is in reality an 'invention' - in the sense of Nicole Loraux - of the late archaic period. First of all, however, we need to remember the extent to which the gentilician model, which has permeated much of twentieth-century historiography through the study of the archaic 'aristocracy', is a chimera from which historians are only just beginning to discard it.
En tant que modèle heuristique, la famille nucléaire correspond, peu ou prou, à la catégorie indigène grecque qu'est l'oikos, ensemble familial incluant éventuellement les grands-parents, mais d'abord centrée sur le père, la mère et les enfants. Cette structure de parenté tient une place importante dans l'organisation des communautés grecques, autant qu'elle constitue la première des unités de production économique ; l'oikos est au fondement de la notion d'oikonomia, au moins depuis le traité que lui consacra l'Athénien Xénophon dans la première moitié du iv e siècle. La question qui me retiendra ici n'est toutefois pas celle-là. Conformément à un courant de la recherche actuelle de l'anthropologie historique qui cherche à réinscrire l'oikos dans l'orbe de la polis, c'est dans sa relation avec la cité que l'étude de la famille retiendra mon attention. Je tâcherai ici de suivre à travers le temps l'importance que les Grecs donnèrent progressivement au modèle familial dans les représentations sociales et politiques. En ce sens, loin d'être une structure fondamentale et immuable, inscrite à la racine de la cité grecque, comme le voulait Aristote (Pol. I 1252b), la famille a aussi une histoire : dans la structure symbolique de la polis : la famille est en réalité une « invention » -au sens de Nicole Loraux- de la fin de l'époque archaïque. Au préalable toutefois, il faut rappeler à quel point le modèle gentilice, qui a innervé une bonne partie de l'historiographie du xx e siècle à travers l'étude de l'« aristocratie » archaïque, constitue une chimère, dont les historiens commencent à peine à se départir.
Fichier principal
Vignette du fichier
Duplouy 2017 - famille.pdf (894.83 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Publisher files allowed on an open archive
Loading...

Dates and versions

hal-02404218 , version 1 (11-12-2019)

Identifiers

  • HAL Id : hal-02404218 , version 1

Cite

Alain Duplouy. L'invention de la famille grecque. Pallas. Revue d'études antiques, 2017. ⟨hal-02404218⟩
153 View
850 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More